ÉRIC

Record vinyl
78 x 140 X 18 cm
2010

I began listening to his compositions. His art talks about music and because of the music his life become “intolerable.” The first work that I decided to realize was “Éric,” a bas-relief realized entirely with records vinyl. Potentially a musical work, one that speaks to its very essence. - Riccardo Toccacielo

“L’origine des Satie remonte, peut-être, aux temps les plus reculés. Oui… Là-dessus, je ne puis rien affirmer – ni infirmer, du reste…
Pour ce qui est de moi, je suis né à Honfleur (Calvados), arrondissement de Pont-l’Evêque, le 17 mai 1866…
J’eus une enfance et une adolescence quelconques – sans traits dignes d’être relatés dans de sérieux écrits. Aussi, n’en parlerai-je pas.
Passons. Je reviendrai sur ce sujet.
Je grille d’envie de vous donner, ici, mon signalement (énumération de mes particularités physiques – celles dont je puis honnêtement parler, évidemment) … Cheveux et sourcils châtain foncé ; yeux gris (pommelés, probablement) ; front couvert ; nez long ; bouche moyenne ; menton large ; visage ovale. Taille : 1 mètre 67 centimètres.
Je regrette de ne pas vous montrer mes empreintes digitales (de doigt). Oui. Je ne les ai pas sur moi, et ces reproductions spéciales ne sont pas belles à voir (elles ressemblent à Vuillermoz et à Laloy réunis).
Passons. Je reviendrai sur ce sujet.
Après une assez courte adolescence, je devins un jeune homme ordinairement potable, pas plus. C’est à ce moment de ma vie que je commençai à penser et à écrire musicalement. Oui.
Fâcheuse idée !… très fâcheuse idée !…
En effet, car je ne tardai pas à faire usage d’une originalité (originale) déplaisante, hors de propos, anti-française, contre nature, etc…
Alors, la vie fut pour moi tellement intenable, car je résolus de me retirer dans mes terres et de passer mes jours dans une tour d’ivoire – ou d’un autre métal (métallique).
C’est ainsi que je pris goût pour la misanthropie ; que je cultivai l’hypocondrie ; et que je fus le plus mélancolique (de plomb) des humains. Je faisais peine à voir – même avec un lorgnon en or contrôlé. Oui.
Et tout cela m’est advenu par la faute de la Musique. Cet art m’a fait plus de mal que de bien, lui : il m’a brouillé avec nombre de gens de qualité, fort honorables, plus que distingués, très “comme il faut”.
Passons. Je reviendrai sur ce sujet.
Personnellement, je ne suis ni bon ni mauvais. J’oscille, puis-je dire. Aussi, n’ai-je jamais fait réellement de mal à quiconque – ni de bien, au surplus.
Toutefois, j’ai beaucoup d’ennemis – de fidèles ennemis, naturellement. Pourquoi ? Cela tient à ce que, pour la plupart, ils ne me connaissent pas – ou ne me connaissent que de seconde main, par ouï-dire (des mensonges plus que menteurs), en somme.
L’homme ne peut être parfait. Je ne leur en veux nullement : ils sont les premières victimes de leur inconscience et de leur manque de perspicacité… Pauvres gens !…
Ainsi, les plains-je.
Passons. Je reviendrai sur ce sujet.

Erik Satie

 

"Ho iniziato ascoltando le sue composizioni. L’arte di Satie parla di musica e per “colpa” della musica la sua vita divenne “intollerabile”. La prima opera che ho deciso di realizzare è stata Éric. Un basso rilievo interamente realizzato con dischi in vinile. Un’opera potenzialmente musicale, che parla alla sua stessa essenza"

Riccardo Toccacielo

“L’origine dei Satie risale probabilmente ai tempi più remoti. Su quest’argomento non ho nulla da confermare né da infirmare, del resto. Per venire a me, sono nato a Honfleur (Calvados) circoscrizione di Pont-l’Évêque, il 17 maggio 1866. Dopo un’adolescenza piuttosto breve, divenni un giovane normalmente potabile, ma niente di più. Fu in questa fase della mia vita che cominciai a pensare e a scrivere musica. Si. Brutta idea, pessima idea!. Allora la vita mi divenne cosi intollerabile, che risolsi di ritirarmi nelle miei terre e di trascorrere i miei giorni in una torre d’avorio, o di un altro metallo (metallica).
Presi gusto così alla misantropia; coltivai l’ipocondria e divenni il più melanconico degli esseri umani. Facevo pena a vedersi, anche con un occhialino d’oro bollato. Si. E tutto ciò mi è successo per colpa della Musica. Quest’arte mi ha fatto più male che bene: mi ha inimicato diverse persone di qualità, molto rispettabili, più che distinte, del tutto “ammodo”. Sorvoliamo.
Personalmente non sono né buono né cattivo. Oscillo, per così dire. Ragion per cui non ho mai fatto del male a nessuno, e nemmeno del bene, per di più. Miope dalla nascita, sentimentalmente sono presbite. Fuggite l’orgoglio: di tutti i nostri mali, è quello che rende più stitici”.


Erik Satie

 

◄ BACK TO WORKS